PARTAGER

Plusieurs cadres d’une grande enseigne de prêt à porter ont reçu des primes mirobolantes en 2017 et 2018, alors même que l’entreprise traverse des difficultés financières. Les syndicats sont vent debout.

“La dette (de Vivarte, groupe propriétaire de Chevignon, Naf Naf ou La Halle) n’est plus un problème”, affirmait il y a quelques mois Patrick Puy, PDG du groupe de distribution de prêt-à-porter. Un optimisme à relativiser. En effet, Vivarte a prévenu en juillet 2019 qu’elle serait incapable d’honorer l’échéance d’une https://www.planet.fr/societe-pourquoi-vous-risquez-de-ne-plus-recevoir-cette-chaine.1832835.29336.html?xtor=SEC-63 prévue en octobre. De fait, le groupe Vivarte doit faire face à certaines difficultés financières.

Mais du côté des cadres de l’entreprise, la dette ne semble en effet plus être un problème du tout. https://www.lsa-conso.fr/vivarte-les-primes-qui-choquent-les-syndicats,327246 révèle en effet que le groupe a versé des https://www.planet.fr/societe-salaires-mirobolants-primes-le-regime-grand-luxe-des-fonctionnaires-de-lassemblee.1584857.29336.html?xtor=SEC-63 exceptionnelles a plusieurs cadres entre 2017 et 2018. Le…

  Lire…