PARTAGER

Après sa défaite aux élections municipales, Agnès Buzyn a multiplié les aveux sur le coronavirus. D’après elle le pouvoir savait, mais n’a pas agi en conséquences malgré ses avertissements. De quoi menacer juridiquement certains membres du gouvernement ?

“Depuis le début je ne pensais qu’à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade. La dernière semaine a été un cauchemar. J’avais peur à chaque meeting. J’ai vécu cette campagne de manière dissociée”, assénait Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé et des Solidarités, quelques temps après son échec parisien. Arrivée troisième, derrière Anne Hidalgo et Rachida Dati, l’ancienne superstar de la Macronie a multiplié les propos piquants à l’encontre du gouvernement, rappelle https://www.lefigaro.fr/politique/coronavirus-agnes-buzyn-ou-un-autre-membre-du-gouvernement-risquent-ils-des-poursuites-judiciaires-20200318. Certains d’entre eux pourraient considérablement embarrasser l’exécutif…

“Je rongeais mon frein”, a-t-elle poursuivi, expliquant qu’elle savait “que la vague du tsunami était devant nous”. “Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu”, déclarait-elle encore. Pourtant, souligne…

  Lire…