PARTAGER

Le CHU de Nantes a été condamné à verser 335 000 euros de dédommagements à une habitante de Guérande, en Loire-Atlantique. Le Samu nantais avait raccroché au nez de la dame alors qu’elle faisait un accident vasculaire cérébral.

Difficile à croire, mais l’histoire est pourtant vraie. Le 4 octobre 2010, Valérie Roux , âgée de 41 ans à l’époque, appelle le Samu alors qu’elle est en train de faire un AVC. Cette dernière ressentait des fourmillements aux mains associés notamment à des troubles de l’élocution. Au téléphone, le médecin régulateur ne l’a pas prise au sérieux. Il l’a tout simplement invitée à “se coucher” en lui assurant qu’elle irait “mieux demain”.  

En effet, le praticien était convaincu que le mal être de la dame était dû à un état d’ivresse et/ou une dépression, indique http://www.leparisien.fr/faits-divers/elle-fait-un-avc-le-samu-lui-raccroche-au-nez-25-08-2017-7211907.php. Cependant, la patiente mesurait parfaitement la situation puisqu’elle était elle-même infirmière. Et pour cause, Valérie Roux exerçait depuis 20  ans au centre de rééducation de Pen-Bron, à Saint-Nazaire. Faute de prise en charge, l’infirmière a dû ramper le…

  Lire…